Montegnet
Habitat solidaire
en cours







L’habitat solidaire se situe à l’orée du hameau de Montegnet, dans le Condroz belge. Il regroupe autour d’un verger et d’un jardin potager des maisons pour sept familles, ainsi que des locaux professionnels et des espaces dédiés à la culture. Les habitants ont construit et continuent à mettre en œuvre des relations de solidarité et d’entraide, non édictées par des règles ou une charte, mais vécues dans les gestes au quotidien et à la mesure des forces de chacun, qu’il s’agisse de temps disponible, d’argent, de connaissances ou de savoir-faire…  Le processus qui constitue l’ensemble est foncièrement incrémental : le projet collectif comme les formes architecturales et paysagères dans lequel il s’incarne évoluent et se transforment avec l’arrivée de chacun des nouveaux habitants et les désirs et opportunités qui se présentent. La propriété privée est conservée et l’autorité du collectif ne s’exerce pas sur les individus. Par contre, elle est volontairement réduite au profit du terrain partagé - potager, verger, poulailler, faune et flore spontanées – jardiné en commun.

L’implantation des bâtiments se fait au plus près de la topographie. Ceux-ci ont en partage une attention fine à l’écologie de la construction et la matérialité de leurs façades : des murs en pierre du pays et des revêtements en bardeaux en robinier, qui, avec le temps, prendront la même teinte que les constructions environnantes. Les intérieurs quant à eux résultent des décisions prises par chacun des foyers.

Sur le plateau en face de la ferme s’installent deux habitations en surplomb d’un mur de soutènement : l’une à la toiture à deux pans (pas encore construite à ce jour) rappelle les constructions du village ; l’autre, basse et allongée, est disposée perpendiculairement à la première, de manière à dessiner une cour commune à ces deux foyers. Construite en ossature bois, elle est largement ouverte vers le sud, mais se projette, par une grande fenêtre habitée, dans le feuillage des arbres au nord. Un enduit en terre de grande épaisseur assure son inertie et la régulation hygrométrique. Deux autres habitations, récemment dessinées, s’implantent en retrait de la route, en bas du verger.

En tête du terrain, derrière le bosquet des arbres qui marque l’entrée du hameau, s’implante un ensemble constitué de deux ailes en bardeaux de bois, implantés au plus près de la topographie, et reliés par une galerie largement ouverte sur le sud et les arbres. Une première maison marque l’entrée. De taille volontairement réduite, elle s’étend sur 25 mètres carrés au sol et sur deux niveaux. En face se trouvent au rez-de-chaussée un atelier de sculpture et à l’étage la maison de l’artiste. Tout contre est projetée une résidence d’artiste sur trois niveaux, accessibles depuis des terrasses extérieures protégées. Elle a vocation à accueillir, sur des temps plus ou moins longs, des artistes, chercheurs ou stagiaires. 

En fond de cour s’installe la galerie vitrée destinée aux concerts, conférences et autres activités culturelles et sociales. De part et d’autre de celle-ci se trouvent les locaux professionnels de l’atelier d’architecture iO au nord, et l’habitation privée des architectes au sud. Trois larges murs en briques de terre crue de grande inertie, creusés de rangements et parcourus d’escaliers, structurent les espaces intérieurs. Se dessinent entre les volumes et en leur sein des lieux multiples et des cheminements pluriels. Cette construction a été l’occasion d’expérimenter des matériaux locaux – les briques de terre crue de Wanlin notamment - et de soutenir le développement de ces filières. Les arbres coupés pendant la construction ont été intégralement réutilisés sous forme de meubles ou de planchers. Les sanitaires ont été récupérés sur différents chantiers de déconstruction. L’orientation bioclimatique de la construction, la forte isolation en panneaux de fibres de bois et cellulose, ainsi que le déphasage de plusieurs mois des murs en terre crue, assurent un confort thermique et hydrique de grande qualité en toute saison. De nombreux chantiers pédagogiques et participatifs ouverts à tous et réalisés avec les artisans pendant les étés 2018, 2019 et 2020 ont été l’occasion de mieux faire connaître ces techniques constructives, de réfléchir ensemble sur le sens de bâtir, et de soulever les questions sociales, politiques et philosophiques qui y sont liées.



Atelier d’architecture iO

à Montegnet (Belgique)


contact : info@aaio.be
+32 (0) 83 63 40 44
Montegnet 2E, 5370 Flostoy, TVA 686.928.858